BONNE RENTREE A TOUTES ET A TOUS ! NE LACHONS RIEN !

Les limites de l'école kolkhoze

Publié le 28 juillet 2023 à 09:09

Les dernières semaines de l'année sont essentiellement destinées à définir la structure de l'année suivante. Source de tensions, car "je ne veux pas de ce niveau", "mais pourquoi moi et pas elle ou lui ?".

Au-delà, c'est tout au long de l'année que nous sommes la courroie de transmission des injonctions de notre inspection, qui reçoit elle-même des injonctions de la DSDEN, qui elle-même les reçoit de l'Inspection Académique, qui elle-même les reçoit, etc.

Dernier maillon de la chaîne des injonctions, nous sommes chargés de les transmettre à nos collègues, provoquant mécontentements voire conflits, car, pour certains lorsque cela les arrange, nous sommes considérés alors comme la voix de son maître, les représentants de l'institution, les grands méchants loups qui ne font que les charger en travail supplémentaire, les représentants de cette institution qui les brime et s'immisce dans leur liberté pédagogique. Ne parlons même pas du refus catégorique de nos propres idées, qui, parce que ce sont les nôtres et qu'elles n'émanent pas du collectif, sont rejetées en bloc.

Que dire également des réunions à n'en pas finir car nous sommes dans l'impossibilité de trouver un consensus, et qui se concluent par une nouvelle date de réunion qui, nous le savons, n'aboutira pas davantage que les précédentes. Entre ceux farouchement contre, ceux qui ne s'expriment pas, ceux que cela n'intéresse pas du tout, et qui vous le font savoir en arrivant avec leur paquet de corrections.

Jusqu'au jour où arrive le fameux "Mais tu n'es pas mon supérieur hiérarchique !". Oui, actuellement, c'est effectivement le cas. Le supérieur hiérarchique est l'Inspectrice ou l'Inspecteur, la femme ou l'homme qui est le supérieur hiérarchique, dans ma circonscription, d'environ 400 enseignants ! 

Du jamais vu dans aucune structure publique comme privée !

Alors, il serait peut-être temps de faire cesser cette hypocrisie qui nous place entre le marteau et l'enclume, qui nous empêche de faire avancer notre école comme il se devrait, avec en ligne de mire la réussite de nos élèves.

Bien sûr, tout le monde ne se reconnaîtra pas dans ce tableau légèrement noirci, fort heureusement, car certaines équipes fonctionnent bien. Mais, même dans ce cas, nous sommes toutes et tous confrontés à un moment où le fait de trancher et de décider devient indispensable, et où notre école kolkhoze ne nous le permet pas. 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.