BONNE RENTREE A TOUTES ET A TOUS ! NE LACHONS RIEN !

Le plan de formation

Publié le 20 mai 2023 à 10:13

Voici venu le temps du plan de formation à faire remonter à l'Inspection.

Réunion directeurs il y a quelques jours, l'inspecteur : "Consultez rapidement votre équipe car je vais vous envoyer un mail pour me faire remonter vos besoins en formation". Et c'est à ce moment que les difficultés apparaissent.

Dans l'entreprise, les besoins en formation des collaborateurs sont définis lors d'un échange, très souvent au moment de l'entretien annuel d'évaluation. Le cadre qui mène l'entretien connait bien ses collaborateurs et est à même de formuler des propositions, qui vont être discutées, puis validées.

Et voici qu'à nouveau, notre statut sans statut, va nécessiter de déployer des trésors d'imagination, pléthore de diplomatie.

Commençons par nous-même (charité bien ordonnée...), ah oui, mais non. Il s'agit de formation dans le cadre de notre métier d'enseignant, et non de notre fonction de direction. Fort dommage, car, personnellement ce ne sont pas les propositions qui manqueraient.

Revenons donc à tenter de définir les besoins de formation de l'équipe. Je passe sur les difficultés suite aux enseignants dont on sait pertinemment qu'ils ne seront plus là l'année prochaine (décharge de direction, contractuels, postes à mi-temps, etc.), et ceux qui ne seront pas concernés car en constellation. Il reste donc le 'noyau dur" de l'équipe.

- Etape un : se connaître soi-même, faire preuve d'introspection, savoir remettre en question ses pratiques. Déjà là, pas si simple pour tout le monde.

- Etape deux : faire part de cette analyse, soit en réunion de concertation, c'est-à-dire devant toute l'équipe, ou ( beaucoup plus rarement) lors d'une rencontre individuelle informelle avec le directeur. Encore moins évident, entre ceux qui n'arrivent pas à s'autoanalyser, ceux qui ne souhaitent pas qu'on s'immisce dans leur pratique, ceux qui sont conscient de leurs besoins mais qui ne le diront pas, par peur du jugement. Fort heureusement, il y a également les enseignants décomplexés qui sauront dire "Oui, dans ce domaine, je ne me sens pas au top".

Nous sommes au contact de notre équipe au quotidien, nous connaissons bien les forces et les points à améliorer de chacun, à commencer par nous bien sûr. Mais il est compliqué de faire des propositions de formation qui collent au plus près des besoins, Nous ne pouvons pas frontalement exprimer ce que nous constatons sur certaines pratiques. Expliquer que, selon notre avis, une formation dans tel ou tel domaine serait la bienvenue.

Alors, il ne s'agit pas de noircir le tableau, cela se passe très bien avec certains adjoints, les enseignants décomplexés dont je parle plus haut. Et c'est sur ceux-ci qu'il faut s'appuyer pour orienter nos propositions.

C'est comme nos élèves, lorsqu'on demande "qui n'a pas compris ?", qu'il y en a deux qui lèvent la main.

Ce sont ces deux-là qui sont les dignes représentants de la dizaine qui n'a pas compris et qui n'a pas osé le dire.

Olivier Roy

Ajouter un commentaire

Commentaires

Huez Jacqueline
il y a 9 mois

Bonjour Olivier

Je le reconnais tout à fait dans ce billet.
Vous avez au moins la chance que l'on vous demande vos besoins....
Ce n'est pas le cas partout ! Malheureusement !
Et pour chacun, passer plusieurs heures sur un thème imposé c'est démotivant...

Olivier
il y a 9 mois

Le commentaire de Jacqueline pose en effet la question de l'harmonisation des pratiques, qu'on nous demande à notre niveau, mais qui ne sont pas du tout la norme au niveau circo, dsden, et académies.
Ce sera l'objet de mon prochain édito