BONNE RENTREE A TOUTES ET A TOUS ! NE LACHONS RIEN !

La formation des contractuels

Publié le 13 mai 2023 à 13:11

Je me souviens de l'arrivée de Patrick, la cinquantaine, (prénom changé) intégré dans mon école suite à une arrêt longue durée de l'enseignant titulaire (excellente maîtresse par ailleurs). Il a été recruté sur entretien comme enseignant contractuel. Tout comme moi il y a quelques années, il est en reconversion professionnelle.

On lui a confié une classe de Grandes et Moyennes sections, classe avec certains élèves relativement difficiles, peu de gestion de la frustration, bagarres fréquentes. Patrick est arrivé sans aucune connaissance métier, pas de connaissance des programmes, pas de connaissance en gestion de classe, aucune idée de ce qu'est une séquence, une séance, de ce que l'on attend de lui, bref, sa seule connaissance de l'école se résumait à l'imagerie populaire ou aux souvenirs qu'il pouvait en avoir lorsqu'il était enfant.

Alors heureusement, dans mon école, nous sommes gâtés, car nous avons une ATSEM à plein temps par classe de maternelle (merci la Mairie !), et celle de la classe de MS-GS connaît parfaitement son métier et a volé à son secours. Patrick a pu aussi bénéficier de quelques visites de Conseillers Pédagogiques de la circonscription, et cela lui a permis de se rendre compte de la réalité du métier et d'obtenir de précieux conseils.

Oui mais, tout le reste du temps, le temps qui passe à chaque heure de la journée, et les GS qui doivent être préparés au mieux à leur entrée au CP, et les MS qui doivent poursuivre leur apprentissage de la vie scolaire... Tout le reste du temps, donc, ma conscience professionnelle n'a pas pu le laisser ainsi, aussi bien pour lui, pour ne pas qu'il parte en courant, que pour son ATSEM et bien entendu pour les élèves.

Et donc (fort heureusement Patrick est quelqu'un de très volontaire), je m'y suis collé, les mercredis matin, les soirs après l'école ou l'étude, lui apprendre ce qu'est une séquence, une séance, ce que doivent être les objectifs, lui trouver de la documentation, etc. Je m'y suis collé sur mes journées de décharge, pour être avec lui en classe, pour lui donner des trucs et astuces pour sa gestion des élèves, sur son organisation matérielle, sur la structure de sa journée, etc.

Il n'y a aucune critique négative dans cette tranche de vie scolaire, juste le constat que nous ne faisons que tenter d'éteindre un incendie qui s'est déclenché il y a plusieurs années, et que cela constitue une "énième" charge supplémentaire non reconnue dans notre métier de Directrice - Directeur. Charge supplémentaire qui ne va faire qu'augmenter, du moins dans mon Académie (Créteil) puisqu'on nous annonce déjà encore davantage de recrutement de contractuels pour septembre 2023, alors qu'ils sont déjà 6% de l'effectif enseignant, soit 4000.

Alors pourquoi, bien que ce ne soit pas reconnu, prend-on le temps nécessaire à former des contractuels ?

Lorsqu'on aime ce métier, qu'on en prend toute la dimension, la responsabilité de former les citoyens de demain, l'attention qu'on porte à nos élèves, notre volonté de les faire réussir, notre souhait également de ne pas gâcher des talents naissants comme celui de Patrick, expliquez-moi comment faire autrement ?

Olivier Roy

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.